L'association harmonieuse du corps et de l'esprit par la voix

Enseigner et pratiquer
le chant

La musique mise à la portée de tout le monde


Sommaire du livre
La musique mise à la portée de tout le monde
exposé succinct de tout ce qui est nécessaire pour juger de cet art, et pour en parler, sans en avoir fait une étude approfondie
de François-Joseph Fétis


La musique mise à la portée de tout le monde, édition de 1847

La première édition du livre
La musique mise à la portée de tout le monde
a été publiée à Paris, Mesnier, 1830, un vol, in-8°.
La deuxième à Liège, chez Collardin, avec le consentement de l'éditeur de Paris, un vol. in-12.

Les textes que nous présentons ici sont issus de la troisième édition, publiée par Brandus et Ce à Paris, 1847, un vol. in-8°.
Cette version avait été augmentée de plusieurs chapitres et d‘un dictionnaire des termes de musique dont l'usage est habituel.

François-Joseph Fétis

Après la publication de
l'autobiographie de
François-Joseph Fétis

(1784-1871),

2013
Poursuite de la publication de
La musique mise à la portée de tout le monde
sous forme de différents articles
à suivre sur
Corpsyphoniog,
le blog de Corpsyphonie


Dernières publications sur


Autres livres recommandés:


Préfaces

Première section

Du système musical, considéré dans les trois qualités des sons, à savoir: l'intonation, la durée et l'intensité.

Deuxième section

Des sons considérés dans leurs rapports de succession et de simultanéité; du résultat de ces choses.

Troisième section

De l'exécution.

  • Chapitre XIX: Du chant et des chanteurs.
    Direction de la voix. Exercice du chant. Grands chanteurs italiens. Explication des termes de l'art du chant. Ce que c'est que l'expression. Chanteurs français, Garat. Conditions du chant français différentes de celles du chant italien. Du choix des voix, de leur conservation, de leurs maladies. Éducation physique et morale des chanteurs.
  • Chapitre XX: De l'exécution instrumentale.
    ->§1. De l'art de jouer des instruments.
    Qualités nécessaires pour bien jouer de chaque espèce d'instruments.
    l'art de jouer des instruments à cordes et à archet.
    ( jeu des instruments à archet. Violonistes célèbres. École italienne du violon, autrefois la meilleure. École française, maintenant supérieure. Violoncellistes et contrebassistes. Instruments à cordes, fondement des orchestres.)
    l'art de jouer des instruments à vent.
    ( jeu des instruments à vent. Flûte et flûtistes célèbres. Hautbois et hautboïstes. Clarinette et clarinettistes. Basson et bassonistes. Cor et joueur de cor. Trompettes et trompettistes.)
    l'art de jouer de l'orgue, du piano, de la harpe et de la guitare.
    (jeu des instruments à clavier. Orgue, difficulté d'en jouer, organistes célèbres. Piano, différentes manières d'en jouer à diverses époques: pianistes célèbres. Art de jouer de la harpe; harpistes. Guitare, guitaristes.)
    ->§2. De l'exécution en général et de l'exécution collective.
    La perfection de l'exécution collective dépend d'un chef d'orchestre.
    Habileté dans le jeu des instruments et dans le chant insuffisante pour une bonne exécution; qualités qu'il faut y joindre. Certains peuples possèdent naturellement ces qualités; l'étude les développe chez d'autres.
    Dispositions des orchestres, leurs proportions.
    Perfectionnements qu'on peut introduire dans l'exécution collective

Quatrième section

Comment on analyse les sensations produites par la musique, pour porter des jugements sur celle-ci.

  • Chapitre XXI: Des préjugés des ignorants et de ceux des savants en musique.
    On se presse trop de porter des jugements sur ses sensations. Les musiciens ne sont point fondés à se croire seuls juges de la musique. Les journalistes et les littérateurs n'ont pas les connaissances nécessaires pour donner, comme ils le font, des théories de musique.
  • Chapitre XXII: De la poétique en musique.
    La musique n'est pas seulement un art de sensation physique; son objet est aussi d'émouvoir.
    C'est à tort qu'on en a fait un art d'imitation. Elle exprime indépendamment de la parole. Tous les styles et tous les moyens sont bons lorsqu'ils sont employés à propos. Les faux jugements résultent de l'admiration qu'on professe pour certaines manières à l'exclusion de certaines autres.
  • Chapitre XXIII: De l'analyse des sensations produites par la musique.
    Dans l'origine des sensations musicales, on n'en aperçoit pas le principe.
    L'habitude d'entendre de la musique, sans en analyser les détails, n'en donne que des notions et des sensations incomplètes. On juge en général sur la foi d'autrui.
    Nécessité de se défendre des préventions favorables ou contraires pour sentir et pour juger.
    Analyse de la musique dramatique, de la musique religieuse et de la musique instrumentale.
    Par l'analyse des sensations on peut parvenir à juger sans connaissances techniques.
  • Chapitre XXIV: S'il est utile d'analyser les sensations que la musique fait naître.
    C'est une erreur de croire qu'on affaiblit la sensation en réfléchissant sur elle; comment cela peut se démontrer.
    La paresse est l'origine de l'éloignement qu'on montre pour l'analyse des sensations.
  • Conclusion.

Voir la notice pour voir, entendre, ou télécharger les documents

Version imprimable de cette page
Version imprimable


Mentions Légales

Conception du site corpsyphonie: www.rmarc.net
 CopyrightFrance.com
Surveillance :