L'association harmonieuse du corps et de l'esprit par la voix

Enseigner et pratiquer
le chant

Les modes


Les gammes majeures ne sont pas les seules gammes possibles. Dans la série naturelle des notes de la gamme de do, on peut donner à d'autres sons que do le caractère de tonique.

Par exemple:

Dans cet air, la est tonique, mi est dominante.
Cependant les notes sont les mêmes que celle de la gamme de do, seulement employées d'une autre manière.
On appelle modes ces diverses manières de varier la tonalité dans une même série de notes.
Comme nous avons déjà étudié le principal et le plus usité des modes, le mo majeur, nous en étudions ici un second: le 'mode mineur''.

Le mode mineur
Le mode mineur ancien

La gamme modèle du mode mineur est la gamme diatonique de la mineur.


Gamme de la mineur (ancien).



Echelle du mode mineur ancien.


Cette gamme et cette échelle sont celles du mode mineur ancien qui n'a pas de sensible, mais dont les notes sont les mêmes que celles du mode majeur de do. Le premier degré est la tonique la, et il y a toujours deux demi-tons, si-do et mi-fa, mais ils se retrouvent du 2ème au 3ème degré et du 5ème au 6ème degré.

Tous les anciens airs populaires, ayant plus de trois siècles, sont écrits dans ce mode mineur sans ''sensible. Ol l'emploie aujourd'hui quand on veut donner à une mélodie le caractère naïf ou ancien.

Le mode mineur a été chanté ainsi jusqu'au XVIème siècle. C'est alors qu'en Italie, pendant la naissance et les premiers progrès de l'harmonie moderne, on a voulu donner aussi au mode mineur la sensible qui caractérise si bien la tonique, et on a pris l'habitude d'élever d'un demi-ton le èème degré, quand il doit jouer ce rôle de sensible, ou quand il est employé dans l'harmonie qui accompagne les airs en mode mineur.

Le mode mineur moderne

L'échelle aujourd'hui devenue la plus habituelle du mode mineur est celle qui lui donne une sensible à un demi-ton de la tonique.


Gamme de la mineur (moderne).



Echelle du mode mineur moderne.


Cette gamme mineure moderne a trois demi-tons, placés du 2ème au 3ème degré, du 5ème au 6ème et du 7ème au 8ème, et seulement trois tons entiers.

Du 6ème au 7ème degré il y a un intervalle d'un ton et demi, appelé seconde augmentée.
Les airs mineurs doivent à cette constitution particulière de leur gamme, un caractère mélancolique facilement reconnaissable.

Le ton de do majeur a deux tons mineurs voisins, l'un qui a même armature, l'autre même tonique: la mineur et do mineur.

Le ton de la mineur
Le ton de la mineur, formé essentiellement des mêmes notes que celui de do majeur, s'appelle son ton mineur relatif. Le ton de la mineur, comme le ton de do majeur', n'a ni dièse ni bémol à la clef.
Le sol est souvent dièsé, mais ce dièse de la sensible ne se met pas à la clef, il se marque toujours comme accidentel.

Le ton de do mineur
Le ton de do mineur ne diffère de celui de do majeur qu'en ce que le mi et le la sont bémolisés.
Son ton majeur relatif étant mi bémol, il a, comme lui, trois bémols à la clef, si bémol, mi bémol et la bémol; mais le si, jouant le rôle de sensible, est presque toujours bécarre.

Le ton de mi mineur
Le ton de mi mineur, formé essentiellement des mêmes notes que celui de sol majeur,mais ayant sa tonique une tierce mineure au-dessous est son mineur relatif.
Il a même armature, c'est-à-dire un fa dièse à la clef.
Le est accidentellement dièsé, s'il joue le rôle de sensible.

Le ton de sol mineur
Le ton de sol mineur ne diffère de celui de sol majeur qu'en ce que la tierce et la sixte de la tonique, si et mi, sont bémolisés.
Le fa est habituellement dièsé comme sensible, mais ce dièse est marqué chaque fois comme accidentel, et ne se met pas à la clef.
Le ton de sol mineur a donc l'armature du ton de si bémol majeur dont il est le mineur relatif, sa tonique étant une tierce mineure plus bas.

Le ton de mineur
Le ton de ré mineur, formé essentiellement des mêmes notes que celui de fa majeur,mais ayant sa tonique une tierce mineure au-dessous est son mineur relatif.
Il a même armature, c'est-à-dire un si bémol à la clef.
Le do est accidentellement dièsé, s'il joue le rôle de sensible.

Les autres tons mineurs s'obtiendraient de la même manière.







Précédent (Les gammes diatoniques majeures )

Suivant (Les modulations)

Sommaire Solfège:

Version imprimable de cette page
Version imprimable


Mentions Légales

Conception du site corpsyphonie: www.rmarc.net
 CopyrightFrance.com
Surveillance :